LIEUX DE MÉMOIRE et D'HISTOIRE
de L'IMMIGRATION et de L'EXIL ESPAGNOLS en ÎLE-DE-FRANCE
un site créé par la FACEEF

FEDIP

1945 - 2008


Fédération espagnole des déportés et internés politiques


La Fédération espagnole des déportés et internés politiques, principalement composée d’anarcho-syndicalistes et de socialistes, est fondée en octobre 1945 à Toulouse et a pour but de défendre les intérêts moraux et matériels des veuves et orphelins de ceux qui ont péri dans les camps de concentration nazis.


Membres de la FEDIP devant la Mutualité.

La Fédération espagnole des déportés et internés politiques (FEDIP) est fondée le 13 octobre 1945 à Toulouse et son président d’honneur n’est autre que Francisco Largo Caballero, qui avait été interné au camp de Sachsenhausen (il ne détiendra cette position honorifique que peu de temps, décédant l’année suivante). José Ester Borras en est le secrétaire général de 1947 jusqu’à sa mort en 1980.

Le but de cette fédération est de défendre les intérêts moraux et matériels des veuves et des orphelins de ceux qui ont succombé au traitement infligé dans les camps de concentration nazis et de défendre ceux qui se sont trouvés, à la suite de leur déportation et de leur internement, dans l’incapacité physique de travailler. Dans les premières années, l’engagement de la FEDIP porte sur la reconnaissance des anciens déportés comme victimes civiles de guerre – ce qui devait ouvrir leurs droits à une pension -, position entérinée par une circulaire du ministère des Anciens combattants en 1952.

En 1963, après avoir été hébergée par des associations humanitaires ou d’anciens déportés français, le local social de la FEDIP est inauguré au 27 rue Léningrad dans le VIIIe arrondissement de Paris. La FEDIP continue à s’engager pour les anciens déportés et à se battre pour le devoir de mémoire.

Cette organisation rassemble principalement des anarcho-syndicalistes et des socialistes. De 1945 à 2001, son organe de presse est Hispania.

Dans les années 1990, la FEDIP décide de léguer ses archives au ministère de la Culture espagnol, à el Archivo historico nacional à Salamanque. Peu de temps avant sa dissolution en 2006, elle lui fait également don d’une importante collection d’œuvres d’art réalisées par d’anciens déportés espagnols, montrées lors d’une exposition itinérante organisée par le ministère de la Culture espagnole en 2010. Le local de la FEDIP a été cédé à l’UNICEF par le dernier bureau de la FEDIP présidée par Ramiro Santisteban en 2008.

Références

PORTFOLIO
Au local de la FEDIP à Paris, en 1995.
DOCUMENTS
Chroniques
XXXV anniversaire de la FEDIP, 1980.
Mots-clés