LIEUX DE MÉMOIRE et D'HISTOIRE
de L'IMMIGRATION et de L'EXIL ESPAGNOLS en ÎLE-DE-FRANCE
un site créé par la FACEEF

Congrès de Palma de Mallorca

Du 28 juin 1982 au 3 juillet 1982


Congrès démocratique des associations de travailleurs immigrés espagnols en Europe


Le Congrès démocratique des associations de travailleurs espagnols immigrés en Europe rassemble, en 1982, de nombreuses associations espagnoles implantées en Europe, pour discuter des réalités sociales, économiques et culturelles auxquelles sont confrontés les immigrés espagnols dans leur nouveau pays de résidence.


Le premier Congrès démocratique des associations de travailleurs espagnols immigrés en Europe s’organise après la restauration de la démocratie en Espagne en 1982 et dans les limites établies par la Constitution de 1978. Le ministre du travail Luis García de Blas et le directeur général de l’Institut espagnol d’émigration (IEE) y assistent afin de représenter les instances administratives espagnoles, sans toutefois pouvoir y voter.

L’objet de ce congrès est d’étudier les problèmes soulevés par l’immigration espagnole en Europe, en les soumettant aux immigrés, eux-mêmes membres d’associations participant au Congrès, et de rechercher collectivement des solutions à ces difficultés.

Le congrès est divisé en plusieurs sessions. Une table ronde est présidée par un membre de l’APFEEF de Paris X, Antonio García. Le programme prévoit dix grandes thématiques, dont les politiques d’immigration des différents pays de résidence, les lois envers les étrangers, leurs droits politiques et sociaux, les structures de représentation et de participation, l’Espace social européen. Diverses problématiques liées à l’éducation sont également traitées : les systèmes éducatifs nationaux, les structures de l’immigration, la formation professionnelle, etc.

De la même manière, le congrès se penche sur les thématiques culturelles, en posant premièrement la question d’une double appartenance culturelle propre aux immigrés, puis en réfléchissant à d’éventuelles conventions bilatérales.

Les problématiques de la jeunesse et de la "deuxième génération" sont également à l’ordre du jour. Afin de mieux connaître cette catégorie de la population immigrée espagnole, l’une des tables du congrès aborde des questions liées à l’identité des enfants d’immigrés, à la marginalisation sociale dont ils peuvent parfois faire l’objet, aux problèmes liés au service militaire, ainsi que l’associationnisme juvénile.

Une autre table ronde est dédiée aux politiques d’émigration de l’Etat espagnol, abordant les accords bilatéraux entre Espagne et France, les relations entre les nouvelles entités autonomes et l’émigration, ainsi que les politiques favorisant le retour et la réinsertion. Des tables sont également consacrées aux politiques d’assistance de l’administration espagnole à l’étranger et aux associations d’immigrés, sous le regard attentif du Conseil européen des associations de travailleurs espagnols immigrés en Europe.

Des instances de représentation de l’immigration faisant face à l’administration espagnole s’occupent d’une série de communications sur les fonctions du Conseil de l’émigration, des commissions de promotion éducative, des commissions consulaires et des Maisons d’Espagne liées à l’IEE.

Ainsi, le congrès encourage la société civile espagnole immigrée, représentée par les associations d’immigrés, à formuler et revendiquer ses droits. De même, l’administration espagnole, en connaissant mieux les demandes des immigrés, semble plus à même d’y répondre, en se dotant des moyens nécessaires dans les pays de résidence, pour servir d’interlocuteurs légitimes face aux administrations des deux pays.

Références

- Actes du 1er Congrès démocratique des associations de travailleurs espagnols émigrés en Europe, Palma de Mallora, du 28 juin au 3 juillet 1982, Publication de l’Institut espagnol de l’émigration, Madrid, 1983.

Mots-clés