LIEUX DE MÉMOIRE et D'HISTOIRE
de L'IMMIGRATION et de L'EXIL ESPAGNOLS en ÎLE-DE-FRANCE
un site créé par la FACEEF

Hogar Extremeño d’Aubervilliers

De 1969 à nos jours



Association créée dans les années 1960 par des immigrés originaires d’Estrémadure, qui devient un centre de réunion rassemblant des immigrés espagnols originaires de différentes régions d’Espagne.


En 1969, la présence importante d’immigrés espagnols originaires des provinces de Cáceres et, dans une moindre mesure, de Badajoz en banlieue nord conduit certains d’entre eux à fonder une association et à convaincre la Caja de Ahorros (Caisse d’épargne) d’Estrémadure de financer l’achat d’une maison destinée à héberger ses activités au cœur d’un quartier où résident de nombreux Espagnols depuis l’entre-deux-guerres. Le Hogar Extremeño est ainsi inauguré en octobre 1972. Les frais d’entretien courants incombent à l’association mais la Caja de Ahorros règle les impôts fonciers et locaux, ainsi que l’eau et l’électricité ; le Conseil régional autonome d’Estrémadure verse une subvention annuelle.

Le Hogar Extremeño compte environ 250 familles adhérentes, à 80 % originaire de la région éponyme. Il est géré par un bureau d’une dizaine de membres, majoritairement originaires d’Estrémadure, mais ce n’est pas une exclusive pour en faire partie.

Il dispose d’un bar à tapas, ouvert chaque week-end, dont la concession est renouvelée annuellement à l’occasion de l’assemblée générale et organise des fêtes à l’occasion de l’Epiphanie, du Carnaval, de la Journée de l’Estrémadure, etc., ainsi que diverses sorties. Il se singularise par la tenue annuelle de la matanza du cochon en janvier : durant un week-end, trois cochons d’environ 100 kilos chacun, achetés déjà dépecés dans un abattoir de la région parisienne, permettent la confection de salaisons, notamment des chorizos et du boudin. Le Hogar Extremeño propose également des cours de guitare, de sevillanas (chant andalou) et de peinture.

Il a une politique de communication active, notamment grâce à sa page web et à ses bons rapports avec la municipalité d’Aubervilliers (location de salles pour les bals, comptes rendus des activités dans la presse locale, etc.).

Références

Mots-clés