LIEUX DE MÉMOIRE et D'HISTOIRE
de L'IMMIGRATION et de L'EXIL ESPAGNOLS en ÎLE-DE-FRANCE
un site créé par la FACEEF

Éditions Ruedo Ibérico

De 1961 à nos jours



Les éditions Ruedo Ibérico sont fondées par des réfugiés espagnols à Paris en 1961. N’étant affiliées à aucun parti politique, sans pour autant être apolitiques, elles centrent leur travail éditorial sur la remise en cause des mythes dont le franquisme se sert pour se rendre légitime. Elles publient divers textes, traduits ou originaux, ayant pour but de rétablir la vérité sur la version fausse du passé donnée par le régime espagnol.


Nicolás Sánchez Albornoz, Marianne Brull y José Martínez, Paris, (...)

Au long de leur existence, elles publient des livres d’orientation contraires à la ligne idéologique du PCE, comme par exemple des textes de Jorge Semprun après son expulsion de ce parti. La diversité des titres publiés ne se limite pas au marxisme hétérodoxe, les éditions disposent aussi d’une variété de textes à caractère anarchiste, faisant du pluralisme idéologique leur marque de fabrique.

Elles obtiennent plusieurs prix littéraires, dont les jurys sont formés par les romanciers et poètes espagnols les plus importants de l’époque tels Jaime Gil de Biedma ou José Ángel Valente, qui ont décerné le prix à la première édition de Ángel González.

Elles publient aussi la revue Cuadernos de Ruedo Ibérico et ses suppléments Horizonte español 1966 et Horizonte español 1972, où sont réunis des textes d’écrivains ayant quitté l’Espagne franquiste. Des cercles littéraires sont organisés autour de ces revues, auxquels participent des intellectuels reconnus tels Manuel Castells, Manuel Vázquez Montalbán ou José Manuel Naredo. Ces derniers, venus de courants idéologiques et de disciplines différentes se s’accommodent bien de la déclaration de principe de la revue : « Radicalement libre, radicalement rigoureuse ».

Grâce à leur qualité, les textes publiés, tant sous forme de livre que dans la revue, sont rapidement diffusés, y compris en Espagne, où ils circulent de manière clandestine à cause de leur interdiction par la censure. Dans les dernières années de la dictature, Ruedo Ibérico est devenue l’une des maisons d’édition de référence en espagnol, comme le montre sa participation à la Foire du Livre de Francfort.

Les craintes du régime dictatorial quant à cette maison d’édition étaient si fortes que son siège parisien est victime d’un attentat, probablement pensé depuis les instances officielles de la dictature. Au même moment, elles deviennent l’un des organes de l’opposition démocratique.

Après la mort du dictateur et le rétablissement de la démocratie, la maison d’édition continue à éditer ses textes à Paris et tente de s’implanter en Espagne. Cependant les négociations n’aboutissent pas et les éditions ferment en 1980, finissant par vendre leur stock à cause de l’impossibilité de continuer à payer la location de leur siège à Paris.

Références

PORTFOLIO
État original de la façade de la librairie, rue de Latran, en (...)
Mots-clés