LIEUX DE MÉMOIRE et D'HISTOIRE
de L'IMMIGRATION et de L'EXIL ESPAGNOLS en ÎLE-DE-FRANCE
un site créé par la FACEEF

Mission catholique espagnole de Paris

De 1913 à nos jours



L’actuelle église espagnole de Paris a été construite par les pères carmes en 1898. Elle comprend un cloître intérieur avec des dépendances anciennement destinées aux religieux carmélites. Ce couvent était auparavant situé rue de Vaugirard. Néanmoins, les pères carmes n’ont pu profiter longtemps de cet endroit, devant l’abandonner en 1901 suite aux lois anticléricales françaises de la fin du XIXe siècle.


Entrée de l'Église espagnole de Paris.

Entre 1906 et 1907, le roi d’Espagne Alphonse XIII se rend en France, accompagné de son conseiller spirituel, le père Gabriel Palmer. Ils sont surpris par l’importance de la colonie espagnole émigrée à Paris et par le peu d’attention humaine et spirituelle qu’elle reçoit, à tel point que Gabriel Palmer en vient à prononcer cette phrase : « Ils meurent comme des chiens » [1]. Ainsi, par le Real orden de Ministerio de Estado de 24 de enero de 1913 (Décret Royal du Ministère d’Etat du 24 janvier 1913), Alphonse XIII envoie Gabriel Palmer à Paris et le charge d’étudier les œuvres existantes, au service des Espagnols dans le besoin, qu’elles soient à caractère social ou religieux.

Après avoir surmonté d’énormes difficultés, Palmer atteint enfin l’objectif pour lequel il a été envoyé par le roi à Paris : fonder une mission religieuse ayant pour finalité d’améliorer les conditions d’existence des émigrés espagnols.

Ainsi en 1913, l’Etat espagnol fait l’acquisition de l’église située 51, bis rue de la Pompe à Paris et des locaux attenants, par le biais d’un contrat signé par l’ambassadeur espagnol, afin de les mettre au service des émigrés espagnols.

Selon une lettre manuscrite de Gabriel Palmer, l’acquisition de ces bâtiments est rendue possible par l’importante donation d’une dame mexicaine. Les missionnaires clarétains espagnols s’installent à Paris le 20 novembre 1913. Cependant, une année est nécessaire afin d’adapter l’église et les locaux de la rue de la Pompe à la nouvelle activité religieuse. Le 15 octobre 1914 a lieu la première messe en espagnol et l’activité auprès des immigrés espagnols commence.

L’Eglise de la rue de la Pompe connaît un nouvel essor dans les années 1950 avec l’arrivée de nombreux Espagnols. La majorité de ces immigrés viennent de zones rurales, sont particulièrement jeunes et peu scolarisés. Ils viennent gagner leur vie afin d’aider leur famille restée au pays. Leur activité religieuse se limite dans bien des cas à la messe. La Mission catholique espagnole, désireuse de répondre aux problèmes rencontrés par ces nouveaux arrivants, met en place un service d’assistance et de première nécessité : aides au logement, à la recherche de travail, aide administrative civile et ecclésiastique, cours d’alphabétisation pour améliorer le niveau d’espagnol et de français. Deux personnes à temps plein s’occupent alors de ces premières urgences.

La Mission espagnole de la rue de la Pompe est un point de repère et un lieu de rencontre important pour les Espagnols immigrés à Paris, non seulement pour les femmes (qui sont plus nombreuses à fréquenter l’église et la Mission espagnole), mais également pour les hommes. Durant les premiers mouvements migratoires d’Espagne vers Paris, la Mission catholique espagnole est le « point de chute » le plus connu et apparait comme le principal centre d’accueil des immigrés espagnols. Outre la paroisse, elle compte un immeuble de trois étages disposant des services suivants : bureaux d’assistance sociale, bar, salle de cinéma et de théâtre, salons et salles de réunions.

La Mission catholique espagnole a donc l’infrastructure nécessaire pour organiser des moments de rencontre, de loisirs autour de séances de cinéma, de bals et de repas. Elle est très réputée dans la capitale et ses banlieues et connue de nombreux Espagnols. Elle joue également un rôle important dans le maintien de l’identité culturelle espagnole en proposant des cours d’espagnol pour adultes, ainsi qu’en développant des groupes de danse folklorique, des chœurs régionaux etc. Aussi, lorsque les enfants d’immigrés espagnols arrivent en âge d’être scolarisés, la Mission catholique espagnole est l’une des premières institutions à mettre en place un système de classes de langue et culture espagnoles, mettant à disposition locaux, enseignants et bénévoles, non pas tant pour que ces enfants ne perdent pas leurs racines mais plutôt pour qu’ils s’en imprègnent.

D’un point de vue strictement religieux, la Mission catholique espagnole de Paris organise des messes en espagnol et prête une attention particulière aux baptêmes des enfants d’immigrés ainsi qu’aux mariages. Elle anime aussi des groupes de réflexion, d’orientation religieuse, et il est aujourd’hui avéré que les personnes qui ont participé à ces mouvements de réflexion se sont souvent dédiés, par la suite, à des activités sociales et caritatives telles que les visites aux malades et aux personnes seules ou l’accueil à la gare des immigrants arrivés d’Espagne. En 1959, la Mission catholique espagnole célèbre près de 600 mariages. Dans les années 1960, les baptêmes avoisinent 700 par an et dépassent même les 800 en 1966.

Références

- Fernández Asperilla, Ana, « Los emigrantes españoles en Paris a finales del siglo XIX y en el primer tercio del siglo XX. La sociedad de socorros mutuos el Hogar de los Españoles », in Hispania, LXII/2, numéro 211, 2002.

- Lillo, Natacha, La Petite Espagne de la Plaine-Saint-Denis 1900-1980, Autrement, Paris, 2004

- Oso Casas, Laura, Españolas en París. Estrategias de ahorro y consumo en las migraciones internacionales, éditions Bellaterra, Barcelona, 2004.

- Tur, Bruno, « Vie de couple et stratégies professionnelles des Espagnoles à Paris », in Hommes et migrations, n°1262, juillet-août 2006.

- Entretien avec les sœurs du Foyer Saint-Didier réalisé par Lola Baldo, 10 octobre 2012, Paris, FACEEF.

- Entretien avec les sœurs de l’Association hispano-américaine San Fernando réalisé par Lola Baldo, octobre 2012, Neuilly-sur-Seine, FACEEF.

- Entretien avec Miguel-Ángel Chueca réalisé par Lola Baldo, 30 janvier 2013, Paris, FACEEF.

- http://www.claretianos-paris.org/

- http://www.ndgrace-passy.com/paroisse_espagnole.htm

PORTFOLIO
Pères clarétains officiant à l'Église espagnole de Paris.
DOCUMENTS
Document de présentation de la Mission catholique espagnole de Paris, 1973.
Mots-clés